Deux ou trois choses à propos des statuts pour le 21 janvier

LA PARTICULARITÉ STATUTAIRE D'UN SEL est : que son objet est aussi le moyen qu'il se donne pour le construire : L'ECHANGE. Cela correspond à L'ESPRIT DU SEL, notre charte.

Reste que nous devons en mesurer l’efficacité, c'est le temps privilégié de l'assemblée générale.

NOUS AVONS DONC À RENDRE ENVIABLE NOTRE AMBITION.

Pour cela nous puisons dans nos pratiques et devons inspirer le quotidien de notre voisinage en l'abreuvant de nos expériences. Il s'agit là, de la différence entre une association et un club.

DANS LE PRÉAMBULE DE NOTRE CHARTE ; je cite : 

« Le SEL est un système d’échange qui s’inscrit dans la perspective d’une alternative au système économique actuel. Par sa réflexion et ses pratiques, il participe à la transition vers une société plus juste, respectueuse des êtres humains et de l’environnement. »

Dans cette optique, nous nous proposons de rendre lisible dans nos statuts, le principe de la collégialité, comme celui qui régirait notre fonctionnement.

Chacun(e)s en appréhende les conséquences et peut s'interroger sur la manière de lui donner une vie pratique et simple.

Le premier objectif de ce principe est de ne pas laisser une fonction à la charge d'une personne ou du même groupe, durant la période qui s'écoule entre deux assemblées générales. Le second est de mobiliser le plus grand nombre des adhérents à la conduite de l'activité générale de l'association. Le troisième, résultant des deux précédents garantit un risque minima de dérives.

La première des conséquences pratiques est que les ordres du jour sont proposés par chaque adhérent. Les dates des réunions ne peuvent être fixées sans qu'elles soient assurées de la présence du maximum d'adhérents. Il apparaît dans ces conditions que la régularités des rencontres dépend de la disponibilité des adhérents. La liaison des adhérents entre chaque réunion s'en trouve densifiée. En effet, sonder à l'avance la présence de chacun, sur la base de propositions de plusieurs dates, nécessite quelques aller-retour avant qu'une d'entre elles soit arrêtée. L'établissement de l'ordre du jour requiert la même procédure. Si cela demande plus de temps, cela permet des réunions plus motivantes et représentatives du dynamisme de l'association.

Mais le principe de la collégiale s'applique également aux groupes et ateliers. La popularisation des travaux de ces derniers se doit être assurée. Leur connaissance par tou(te)s favorise le sentiment d'appartenance, renforce les liens entre les adhérents, appartenant ou pas à un groupe, parce qu'elle crée l'impression d'être chez soi dans l'association, donc libre et solidaire. Et surtout elle donne à connaître les possibles ici et maintenant.

Pour illustrer le propos je propose de regarder la récente pratique du blog. Claude a exposé l'objet du groupe ou atelier Écriture ; Samuel a rendu compte de l'état des travaux du groupe ou atelier Informatique après que Jean Yves ait donné sa vision de l'outil informatique comme moyen supplémentaire de la communication du SEL  ; Lucien a témoigné de l'activité du goule ou atelier Jardinomade.

Certes ces exemples ne sont pas exemptes de perfectionnement, mais ils nous parlent du rapport que nous devons enrichir ; celui qui offre au groupe l'apport de chacun(e) et à chacun(e) le bénéfice des réactions des autres, pour faire œuvre commune dans la construction d'un bien commun, ni public, ni privé, ni entre deux, mais bien un rapport à l'autre et au monde qui s'invente. Un monde dans lequel le groupe ne bride pas l'initiative individuelle, mais qui empêche un individu de bloquer la dynamique du groupe, sans l'exclure.

Pour résumer, je citerai ce que Béatrice, Franceline et Rosa ont écrit à propos de la collégiale : « Le fonctionnement collégial permettra à chacun de participer s'il le souhaite au fonctionnement, à l’administration, à l’animation, à la réflexion éthique au sein d'ateliers, qui seront des ateliers parmi d’autres, comme pour le chant, le jardinage, l'informatique, l'écriture, la décoration, etc., avec la liberté de rejoindre ou de quitter chaque atelier à tout moment. »

Pour conclure j'attire notre attention sur les risque d'une rotation trop importante. Afin de s'en prémunir pour partie la consignation des travaux de chaque atelier devrait faire l'objet d'une publication systématique, ceci afin de mettre à jour tout de suite les nouveaux arrivants dans un atelier.

 Lucien